lundi 6 février 2006 par sylvain, Isa
La pompe pour qui ?

-  La pompe pour tous

La sécurité sociale n’impose pas de critères précis pour le passage sous pompe. C’est donc au diabétologue et au diabétique de faire ce choix. Ceci aboutit à des critères contradictoires d’un service de diabétologie à l’autre et il faut savoir qu’il existe des diabétologues qui n’aiment pas prescrire des pompes à insuline.

Ni Hba1c, ni quantité d’insuline minimale, ni âge(même un bébé de 2 mois peut être passé sous pompe), ni ancienneté de diabète ne sont requis pour obtenir une pompe.

-  Contre-indications

Il existe tout de même quelques contre-indications retenues par le corps médical.

Contre-indications absolues :

  • Troubles du comportement graves
  • Surveillance glycémique insuffisante
  • Négligence de la part du porteur de pompe
  • Mauvaise acceptation de la pompe

Contre-indications relatives ( qui dépendent vraiment du diabétologue et du diabétique) :

  • Surdité (empêchant la bonne perception des alarmes) : l’existence d’un mode vibreur sur les pompes récentes et la formation de l’entourage permet le port de la pompe par les diabétiques ayant des problèmes de surdité
  • Patient vivant seul : si le diabétique a au minimum un contact quotidien avec un membre de la famille, un ami ou un voisin il peut alors porter une pompe.

Contre-indications provisoires :

  • Rétinopathie diabétique car le passage sous pompe peut améliorer de façon trop brusque l’équilibre glycémique et donc faire empirer les complications oculaires qui doivent donc être traiter avant le passage sous pompe. Cependant, si le retour à l’équilibre glycémique est progressif, il n’y a aucune contre-indication au passage sous pompe. La pompe permettra au contraire de stabiliser les complications puisque l’équilibre glycémique sera améliorer.