lundi 6 février 2006 par sylvain, Isa
Les enfants


-  Pb psy ?

Si le port de la pompe pose parfois des problèmes d’ordre psychologique aux adultes ou adolescents, il n’en va pas de même chez les jeunes enfants. Ceux-ci comprennent très vite que la pompe leur permet des glycémies plus stables et donc leur permet de limiter les hypoglycémies et hyperglycémies qui sont des moments plutôt désagréables chez les diabétiques. Cette pompe leur permet bien évidemment d’éviter de nombreuses piqûres ! Grâce à la pompe, les enfants ne sont plus obligés de manger une quantité fixe d’aliments, il suffit d’adapter la dose d’insuline à l’appétit de l’enfant (Insulino Thérapie Fonctionnelle ou ITF).

-  Plus de piqures !

Les multiples injections sont parfois dificilement supportées par les enfants. Grace à la pompe, l’enfant passe de 2 voire 3 ou plus injections par jour à une pose de cathéter tous les 3 jours.

-  Pas de douleur !

Il est recommandé de changer les cathéters tous les trois jours comme chez l’adulte. Cet acte est, chez les enfants, totalement indolore grâce aux patchs ou crème anesthésiants.

-  Moins de yo-yo

La possibilité de régler les débits de bases permet de diminuer l’effet yo-yo. Les hypers sont moins nombreuses et elles durent moins longtemps car il est possible de corriger très rapidement en injectant de l’insuline en appuyant sur un simple bouton. La pompe diminue également de 80% les hypoglyémies nocturnes séveres chez l’enfant. [1]

-  L’école / la crèche

la pompe a insuline est aujourd’hui bien acceptée au sein de l’école. Avec la pompe à insuline, les hypoglycémies sont bcp moins nombreuses ce qui est très rassurant pour l’équipe enseignante. L’autre gros avantage, c’est qu’il n’y a pas de piqûres à faire à l’enfant en cas de goûter.

-  Solidité

Contrairement aux idées reçues, malgré une très haute technicité, la pompe à insuline est un objet extrêmement résistant. Elle ne risque rien pendant les récréations des enfants.

-  Allergies ?

Le cathéter ne s’arrache pas facilement. Cependant, il arrive que certains enfants aient des démangeaisons a son niveau et vont jusqu’à se l’arracher pendant leur sommeil. C’est extrêmement rare. Il est alors possible de poser du tegaderm sous le catheter afin de faire disparaître ses démangeaisons.

-  Où mettre la pompe ?

Chez les tout-petits, le harnais est le plus utilisé. La pompe est alors dans son dos, facile d’accès pour les parents alors que l’enfant, ne peut y toucher.

(JPEG)

Certaines mamans ou mamies confectionnent de petites pochettes aux bodies des bébés cousues ou agraffées grace à une épingle à nourrice. Il est également possible de trouver ces bodies en vente sur le net.

(JPEG) (JPEG)




En grandissant, l’enfant pourra ensuite la porter avec une ceinture ventrale, clippée à la ceinture ou encore dans la poche tout simplement comme les grands ;o)

-  Sport / natation

Pour toutes les activités sportives ou nautiques, la pompe peut être déconnectée facilement durant plusieurs heures sans forcément entraîner une hyperglycémie. L’activité sportive compense alors l’absence d’insuline.

-  Doses mini / dillution

Seule une pompe permet des doses d’insuline de 0.025 unités (ou 0.5 U suivant les modèles). Elle est particulièrement utile aux enfants pour lesquels les stylos n’offrent pas de dosages aussi fins. Certains diabetologues ou endocrinolgues proposent également de diluer l’insuline dans le réservoir de la pompe avec du sérum physiologique afin d’affiner d’avantage les doses.

-  Le PAI

Comme pour tout autre traitement, il est vivement recommandé d’établir un PAI (Projet d’acceuil Individualisé) avec l’école.

[1] http://fam.gillard.free.fr/Documents/poster_2004.pdf