Vous êtes dans Accueil > Docs > Tracas du quotidien
mercredi 18 janvier 2006 par flo
L’acétone

Lorsque le corps manque de sucre (carburant de l’organisme), il va brûler des graisses de réserve (carburant de secours) et produire des déchets toxiques pour l’organisme qui vont avoir tendance à s’accumuler : les corps cétoniques plus communément appelés acétone. D’autre part, cette production d’acétone s’accompagne d’une production de déchets acides qui vont perturber le fonctionnement des cellules avec risque de coma.

L’acétone peut être évaluée dans les urines grâce à des bandelettes réactives ou dans le sang grâce à certains lecteur comme le Medisense Optium Xceed.

Il existe deux cas principaux de présence d’acétone chez un diabétique :

-  L’hyperglycémie prolongée :

Le manque d’insuline empêche le glucose d’entrer dans les cellules et au delà d’une glycémie de 1.80 g/l il passe dans les urines. Si l’hyperglycémie est prolongée et/ou très élevée, l’organisme puise alors dans ses réserves de graisse et produit de l’acétone qui passe dans le sang puis dans les urines. L’apparition d’acétone dans les urines est très variable d’une personne à l’autre. Par exemple, chez certaines, elle apparaitra à 1.80g et chez d’autres à 3g.

On trouvera sur la bandelette urinaire : du sucre et de l’acétone.

-  L’hypoglycémie prolongée :

Le manque de glucides provoqué par un jeûne ou par un exces d’insuline incite l’organisme à aller puiser une nouvelle fois dans ses réserves de graisse. Il produira alors de l’acétone : l’acétone de jeûne.

On trouvera sur la bandelette : pas de sucre mais présence d’acétone.

La présence d’acétone en grande quantité provoque souvent des nausées et parfois une légére odeur de pomme verte dans l’haleine.